Maître Funakoshi Le Dojo-kun
Termes génériques
Les balayages Terminologie
Information pratique : Cadre de ce type Doigt vers la Gauche
Animation par Survol de l'image

Les balayages de pied(s)

Les techniques de balayage sont nombreuses. Elles peuvent s'effectuer à partir d'une simple esquive, de l'intérieur comme de l'extérieur, après un blocage suivi ou non d'une saisie.
Le principe est simple : utiliser une fragilité des appuis de l'adversaire pour le renverser par une action de pied ou de tibia. Tous les sports, à forte contribution des jambes, regorgent de ces techniques redoutables. En défense, en attaque ou en contre, tout est sujet à l'utilisation des balayages. Attention cependant au timing. Si Dominique Valera en a fait son spécial lors des championnats de Karaté, tout le monde ne peux impunément faire « valser » ses adversaires de cette façon. Toute position, devenue forte, est difficile à ébranler et un balayage à « l'aveuglette » peut occasionner quelques dégâts au balayeur non expérimenté.

Les balayages sont effectués aussi bien contre une jambe que sur les deux (Okuri-ashi-barai). Ce dernier type, assez spectaculaire et très utilisé en attaque en Shotokan, peut occasionner des dégâts à l'adversaire aussi bien lors de sa chute qu'au moment de la frappe. Ce balayage surprenant consiste à venir faucher les deux jambes de l'adversaire de manière vive et agressive.

Haut de page
Les Termes génériques

Barai

Balayer.

Harai

Autre terme pour désigner le verbe Balayer.

Haut de page
Les Balayages

Les balayages ne sont pas uniquement des options du pied. Les mains et les bras peuvent tout à fait convenir à saper les appuis de l'adversaire. Nous allons donc retrouver dans cette rubrique aussi bien des techniques de pieds, de mains que de projections.

Ashi-barai Ashibo-kake-uke Ashibo-uke De-ashi-barai Gedan-barai Ko-soto-gari
Ko-uchi-gari Maroashi-barai Morote-shuto-barai Nami-Gaeshi Okuri-ashi-barai O-soto-gari
Sukui-uke Uchi-barai Ushiro-mawashi-barai
Ashi-barai Ashi-barai

Technique de balayage effectuée avec le côté interne du pied. Le balayage peut s'effectuer sur l'intérieur ou l'extérieur de la jambe (ou pied) adverse avec, soit la jambe avant (Mae-ashi-barai), soit la jambe arrière (Ushiro-ashi-barai). L'idéal est d'effectuer cette technique juste avant la pose au sol du pied de l'adversaire. Ceci nous évite d'utiliser une force trop importante et d'utilisée celle-ci pour une contre-attaque.
La difficulté de cette forme est dans le timing.

Ashi-barai
Développement du Ashi-barai
Ashibo-kake-uke
Ashibo-kake-uke
Ashibo-kake-uke

Technique de balayage crocheté effectuée avec le tibia. Ce peut être également la continuité d'un Ashibo-uke. Le crochetage s'effectue alors avec la cheville fortement relevée.

Ashibo-uke
Ashibo-uke
Ashibo-uke

Technique de balayage effectuée avec le tibia. Le genou monte très haut et, d'un mouvement circulaire de l'extérieur vers l'intérieur (ou inverse) balaye le pied adverse. Cette technique peur être effectuée sur Mae-geri ou Yoko-geri mais à éviter sur des techniques de poing (les frappes des membres supérieurs sont plus rapides que les techniques de jambes).

De-ashi-barai De-ashi-barai

Balayage du pied avancé.

Le principe est d'amener l'adversaire à se déplacer vers l'avant ou l'arrière pour lui faucher la jambe avancée avec la plante de pied. Le balayage s'effectue au niveau de la cheville dans un mouvement circulaire allant de l'extérieur vers l'intérieur.
L'action est plus efficace quand elle survient au moment où le pied adverse est sur le point de se poser au sol.

Gedan-barai
Gedan-barai en Zenkutsu-dachi
Gedan-barai
Gedan-barai
Développement du Gedan-barai

Balayage (Barai) de niveau bas (Gedan) effectué avec la partie externe de l'avant-bras (côté du petit doigt) et destiné à arrêter un coup de poing, dévier ou contrôler une attaque de pied. Je parle volontairement de « dévier » ou « contrôler » car une jambe est grandement plus puissante qu'un avant-bras et des fractures ou cassures sont toujours possibles, même pour des personnes robustes. Ce blocage peut donc être réalisé sur des attaques de niveau moyen (Chudan) et guère plus bas qu'à mi-cuisse. En dessous, vous seriez tenté de pencher le buste vers l'avant et donc de vous mettre en danger.
Pour plus d'information voir cette page : technique.

Ko-soto-gari Ko-soto-gari

Petit fauchage extérieur.

Ko-uchi-gari Ko-uchi-gari

Petit fauchage (balayage/crochetage) intérieur.

Tori et Uke sont face à face en garde naturelle jambe droite avancée.
Tori saisie, de sa main gauche, la manche droite de Uke, se déplace légèrement sur la gauche, prend appui sur son pied gauche et tire son adversaire vers le bas tout en le poussant de son avant-bras droit. Puis il lance sa jambe droite entre celles de Uke et vient placer la plante de son pied droit derrière le talon droit adverse. En s'appuyant sur son pied gauche et en poussant vers l'avant et vers le bas, Tori fauche la jambe de Uke d'un coup vif de son pied droit, au ras du sol. Uke tombe sur le dos devant Tori. Ce dernier peut éventuellement poursuivre son adversaire au sol par un Mae-geri à l'entre-jambe ou un Tsuki au corps ou au visage.

Moroashi-barai Moroashi-barai

Technique de balayage de type Ashi-barai ou les deux pieds de l’adversaire sont fauchés simultanément.

_Moroteshutobarai
Morote-shuto-barai
Morote-shuto-barai

Une version basse nommée Morote-gedan-shuto-barai.
Cette technique que l’on retrouve dans le Kata Gankaku, souvent appelée simplement « Gedan-shuto-uke », est destinée à bloquer ou balayer une attaque de pied sur deux parties différentes de la jambe afin d’atténuer l’impact sur les bras.
Une autre vision de cette technique pourrait être plus radicale. Par rapport à la photo, imaginons la main droite effectuant un Sukui-uke tandis que l’autre frappe d’un Shuto-uchi le point sensible situé au milieu de la cuisse, l’endroit de la fameuse « béquille ».

Nami-gaeshi
Nami-gaeshi
Nami-Gaeshi

Coup de pied en vague (mouvement remontant à l'intérieur des cuisses avec la plante du pied). Cette technique, que l'on peut trouver dans Tekki-Shodan, permet le balayage d'un coup de pied porté au bas ventre. En combat rapproché, il permet, tandis que les mains sont occupées, de frapper aux genoux ou au bas ventre de l'adversaire. Le plus souvent, cette technique est effectuée en Kiba-dachi (position dite du « cavalier de fer ») et peut également correspondre à une esquive de coup de pied donné au genou ou contre un balayage.

La difficulté majeure du Nami-gaeshi consiste à pouvoir lever très haut et très vite la plante du pied, cuisse pratiquement à l'horizontale, sans perdre l'équilibre.

Okuri-ashi-barai Okuri-ashi-barai

Balayage des deux jambes.

Schématiquement, Tori et Uke sont face à face en position naturelle. Tori saisie son adversaire à deux mains, recule légèrement et le tire pour l’amener à déplacer son pied gauche. Tori soulève (plutôt allège les appuis de) Uke des deux mains et, ayant porté son poids sur le pied gauche, balaie avec le dessous de son pied droit, jambe bien tendue, la jambe gauche de Uke qui entraîne la droite. Uke tombe perpendiculairement à Tori.

O-soto-gari O-soto-gari

Balayage, par l'extérieur, de la jambe d'appui de l'adversaire.

Pour simplifier, partant de la position naturelle, Tori se décale en avançant son pied gauche à l'extérieur du pied droit de Uke et y prend appui. Il tire le coude droit de Uke vers lui et vers le bas tandis que son avant-bras droit pousse la poitrine de Uke. Celui-ci se trouve déséquilibré sur son arrière droit, le poids du corps sur le talon droit. Tori lance alors sa jambe droite tendue à l'extérieur de la jambe d'appui de Uke et la ramène vivement pour faucher cette jambe. Simultanément, Tori pousse Uke avec son buste et se penche en avant pour faire chuter son adversaire. Uke tombe sur le dos aux pieds de Tori. Ce dernier, tenant toujours le bras droit adverse, peut en profiter pour asséner un Yoko-geri sur le flanc droit de Uke.

Sukui-uke
Sukui-uke
Sukui-uke
Sukui-uke
Développement du Sukui-uke

Le balayage est effectué avec la main ouverte dans la perspective de venir ramasser la jambe adverse comme si l'on puisait de l'eau avec la main. La traduction de cette technique est une « défense en cuiller » et est utilisée sur des attaques de pieds de niveau moyen. Le but est le déséquilibre de l'adversaire par soulèvement de sa jambe et existe sous deux formes. Dans un mouvement allant de l'intérieur vers l'extérieur (Uchi-sukui-uke) ou de sens inverse (Soto-sukui-uke). La technique est accompagnée d'une esquive latérale, afin de ne pas stopper brutalement le coup de pied, et permet de nombreuses ripostes simultanées à la saisie.
Attention cependant à ne pas maintenir, sans action de votre part, la jambe adverse trop longtemps car vous pourriez alors subir un revirement de situation aussi brutal qu'inattendu.

Uchi-barai
Uchi-barai
Uchi-barai
Uchi-barai
Développement du Uchi-barai

Balayage bas (extérieur-intérieur) réalisé avec le côté interne de l'avant-bras aussi bien sur des attaques directes de poings que de pieds. Exécuté souvent à partir d'une vive rotation du corps, il permet de crocheter la jambe adverse ou de faire pivoter fortement l'attaquant sur sa jambe d'appui et ainsi, le déséquilibrer. Cette dernière forme doit être effectuée de telle façon qu'il nous présente son dos et là, l'imagination de chacun fait le reste.

Cette technique peut être faite de l'intérieur vers l'extérieur mais dans ce cas, elle est plus proche du Sukui-uke.

Ushiro-mawashi-barai Ushiro-mawashi-barai

C'est un balayage effectué avec le talon, dans un large mouvement circulaire, visant la jambe ou le pied de l'adversaire. Son exécution est très proche de l'Ushiro-mawashi-geri mais l'objectif n'est pas plus haut que le genou et le but est de faucher l'autre (et éventuellement lui casser la jambe en visant l'articulation).
Pour plus d'information voir cette page : technique.

Haut de page
Terminologie

Shotokan : Un des styles de Karate Okinawaïen, tirant ses origines de la boxe chinoise, très largement diffusé au Japon par Gichin Funakoshi dès 1922. Le terme « Shotokan » est apparu en 1938. Il vient de son nom de calligraphe «Shôtô » (bruissement de la pinède) et « Kan » signifiant maison ou Dojo. Pour plus d'information, se référer à la page de l'historique du Shotokan.

Tori: Dans certaines disciplines telles que le Karate, il représente l'attaquant. Le défenseur « Uke » lui fait face. Ici Tori correspond à celui qui effectue la technique et Uke celui qui la subit.

Uke : Désigne ici celui qui subit la technique.

Haut de page
Plan du Site   /   Contact



Nombre de visites : 3 337 155Réalisation (Décembre 2012) et Mises à jour effectuées par Claude Vuichoud(Date de Modification : 23/02/2024)