Maître Funakoshi Logo Karate-Do Le Dojo-kun
Bienvenue dans le petit monde du Karate Do.


Introduction Allégorie Le Karaté Petite parenthèse Le Karaté-Do Petit Rappel Conventions

Introduction

Ce site n’a pas la prétention d’être exhaustif.
Vous y trouverez cependant une page d’histoire depuis la formation du Karaté à Okinawa au Karaté moderne en passant par sa tradition ésotérique. Quelques Grands Maîtres y sont référencés ainsi que le fondateur du style Shotokan : Maître Gichin Funakoshi.
Certains découvriront les différentes Périodes historiques du Japon de l’ère Jômon (12 000 ans avant J.C.) à l’époque Heisei ou « accomplissement de la paix » que vit en ce moment cette île du Pacifique et bien évidemment Okinawa, reconnu comme étant le berceau de l’Art de la Boxe chinoise.
Des pages entières, plus visuelles les unes que les autres, sont consacrées aux différentes Techniques qui font la richesse du Karaté-Do : Techniques de pieds, de poings, déplacements, projections, Kata, Bunkai, Kumité, Armes, etc… Sur d’autres pages sont reportées les innombrables Armes naturelles du corps humain ainsi que certains Points vitaux.
La philosophie à travers le Code du Bushido, les Rituels ou même le juste comportement dans un Dojo éclairera ceux qui s’intéressent aux Arts Martiaux dans leurs globalités.
L’art de la guerre, étudié encore aujourd’hui dans certaines écoles sous un aspect plus moderne, vous instruira de ses treize articles écrit par Sun Tzu. Lao-Tseu, au VIème ou Vème siècle avant notre ère, nous a légué un document considéré comme LA référence du Taoïsme qui a fortement influencé la philosophie des Arts Martiaux d'Extrême Orient. La lecture des quatre vingt un chapitres de son « Tao-te-king » vous fera passer une petite nuit blanche enrichissante.
Enfin un Lexique de plus d’un millier d’entrées vous propose la définition de termes japonais plus ou moins courants avec un lien sur des pages, de ce site mais aussi vers d’autres, traitant du sujet plus en « profondeur ».

Merci de votre intérêt pour ce site et… Bonne lecture.
Haut de page

Allégorie

Peut-être avez-vous entraperçu les inscriptions situées de part et d’autres de l’entête « Karate-do » de cette page. A savoir « Shiki soku ze kû » à gauche et « Kû soku ze shiki » à droite.
Ayant une culture des Kanji japonais limitée, je ne vais pas tenter de traduire ces deux expressions et vais me borner à vous donner celle du livre de Gichin Funakoshi : Karate-do, ma voie, ma vie.

Ces deux formules laconiques proviennent de l'enseignement de la secte Sanron, l'une des plus anciennes écoles bouddhistes du Japon. Il s'agit d'éviter à la fois la pensée de « l'être », qui consiste à croire que les choses sont réelles, et celle du « non-être », qui pose que, les choses étant relatives, dépendantes les unes des autres, rien n'existe en soi. Ces deux conceptions paradoxales, « tout est » et « rien n'est », n'étant valables ni l'une ni l'autre, puisqu'elles se nient mutuellement, il faut prendre conscience, pour les dépasser, de leur identité profonde : les choses sont le vide, de la même façon que le vide est formes, ce qui est forme, ce qui prend forme.

Plus simplement : Les choses, c’est le vide. Le vide, c’est les choses.

Haut de page

Le Karaté

Le Karaté est une discipline bien difficile à comprendre aujourd’hui.
Il y a quelques trente à quarante ans la question ne se posait pas chez les pratiquants puisque l’enseignement était « au poil près » similaire et ils construisaient leur physique et leur mental à peu près uniformément. Il est vrai que les cours étaient très physiques voire « virils » et les mecs qui s’inscrivaient pour apprendre des techniques à utiliser dans les bagarres de fin de bals populaires ne faisaient pas de vieux os parmi nous. Nous appelions çà « la sélection naturelle ».
Pour le néophyte ce n’était qu’un sport violent ou chacun donnait libre court à son agressivité (par méconnaissance évidemment). Nous retrouvons encore aujourd’hui une population moderne qui pense toujours la même chose ou dans le meilleur des cas nous assimile à des Judoka...
Je ne peux leur jeter la pierre tant la médiatisation écrite est peu flatteuse à notre égard. Les magazines s’arrachent les photos à sensations où protège-dents, salives et visages déformés par les protections des poings semblent être la priorité. Le Karaté n’est pourtant pas que çà...

Parmi le Karaté moderne, et ici je ne parlerais pas de ce que nous a légué Maître Gichin Funakoshi connu sous le nom du « Père du Karaté moderne », nous allons trouver malheureusement tout et n’importe quoi. Chaque année de nouvelles disciplines prennent formes pour toucher, je suppose, un maximum de monde donc de licences.
Je ne pourrais les nommer toutes tant elles sont nombreuses et mon imagination n’est pas assez développée pour seulement les comprendre. Wikipedia en dénombre plus d’une trentaine qui se disent plus efficace les unes que les autres. Je ne peux les démentir ne les pratiquant pas toutes. Il est certain que depuis le début du XXIème siècle la recrudescence des styles de Karaté, ou à connotation Karaté est exponentielle : Genbudo, Karaté défense ou Karaté Défense Training, Pro Fight Karaté, Karaté Martial, Karaté-contact (ex full contact, ex Boxe Américaine, etc...) ou semi-contact, Karaté artistique, et peut-être le pire de tous, le Body-karaté et j’en passe... Ce dernier, le Body-karaté, à certainement le droit d’exister en tant que Fitness mais ou se situe le karaté dans ce sport fédéral ???
Ludique, sportif, cardio ou cool, il y en a pour tous les gouts, tous les publics, tous les âges. Bientôt le Karaté se vendra à la criée sur la place publique...

Il y a encore de nombreux clubs qui proposent un Karaté dit traditionnel mais à y regarder de plus près cela me fait penser à nos chères maisons traditionnelles de type... Mikit ou Phenix qui ne nous offre que de la façade et non la longévité. Le monde à bien changé et, me semble t-il, devient un peu moins sélectif sur leur loisirs « sportifs ». Le manque d’informations y est surement pour quelque chose. Après tout, que sait-on de la pratique proposée ? Sait-on faire la différence entre Karaté traditionnel, Karaté défense, Pro Fight Karaté, Karaté sportif ou Karaté-do. Il y a tant et tant de propositions que tout le monde s’y perd et s’engouffre au plus près de chez eux car depuis l’augmentation exponentiel du stress, l’éloignement d’un club est devenu un critère de rejet.
Il ne faut pas non plus que je sois négatif, quelques clubs proposent encore un Karaté de bonne qualité, ils sont rares mais ils existent bien.

Haut de page

Petite parenthèse

Depuis 2007 nous voyons sans cesse cette maxime « Manger cinq fruits et légumes par jour et pratiquez une activité physique régulière ». Comment doit-on interpréter cette phrase? Les fruits et légumes que l’on consomme sont remplit de pesticides dont certains, pratiquement les plus consommés (pommes, poires, raisins, fraises, carottes, pommes de terre, laitues,...), posséderaient des doses anormalement élevées de ces pesticides et seraient même dangereux pour la santé à long et moyen terme. Merci à l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé de nous instruire de leur savoir via les pubs.
Le second conseil est intéressant, le sport. Le sport, quel qu’il soit, est excellent pour la santé. Tout le monde le sait et je ne contredirais personne. De plus en plus de gens mettent leur tenue de parfait sportif, plus ou moins ostentatoire, et s’en vont à petites foulées, VTT ou VAE (vélo à assistance électrique), rollers,... sur les trottoirs (hum, pollution me voici, gorge donc mes poumons de particules fines) ou, pour les plus avertis, les parcs boisés et la nature. Un sédentaire qui décide de se prendre en main c’est super, mais il faut cependant être à l’écoute de son propre corps et éviter tout excès afin d’effectuer son sport de prédilection le plus longtemps possible. En club, un certificat médical d’aptitude est demandé pour chaque pratiquant en début d’année « sportive » mais chacun sait que les tests sont, la plupart des cas, trop sommaires et, d’autre part, une année c’est long et l’état du corps s’améliore ou quelquefois se dégrade. Il faut donc se référé à notre propre connaissance de soi pour diagnostiquer notre état général et agir en conséquence. En France, chaque année, environ 1 500 décès sont imputable à la pratique sportive et combien de maladies bénignes ou malignes s’y rapporte : douleurs digestives, syndrome des loges (asphyxie des muscles) ou maladie de Charcot, bigorexie (addiction au sport), etc...
Il est donc important de diriger son attention vers une discipline « d’apprentissage de soi » en un premier temps pour ensuite aller vers d’autres sports plus physiques. Depuis un bon moment, la multiplication des coachs sportifs, permet, moyennant quelques euros l’heure, de bouger avec un minimum de risque mais malheureusement ce n’est pas à la portée de toutes les bourses.

Fin de la parenthèse et revenons au sujet de cette page.

Haut de page

Le Karaté...Do

Le Karaté-do, contrairement à la plupart des disciplines, Karaté-xxx y compris, tient avant tout compte de la personne dans toutes ses facettes : physique, intellectuelle et psychologique. Le « Do », traduit par « la voie », fait toute la différence. L’apprentissage est progressif et ici, la violence gratuite n’a pas sa place. Le but n’a rien à voir avec le principe de compétition. Être le meilleur, gagner médailles, honneurs et tapes dans le dos sont bien loin de l’objectif visé. Le seul adversaire rencontré est réellement de taille et peu parviennent à le mettre au tapis : nous même et pour le nommer, l’égo.

Le Karaté-do peut se pratiquer seul mais seul, aucune progression n’est possible. C’est donc un travail de groupe. Notre ou nos partenaires sont essentiels. Nous nous construisons jour après jour grâce à eux et, comme nous sommes un peu égoïste, nous prenons bien soin de ne pas les blesser pour les voir en face de nous le plus longtemps possible. Apprendre à travailler ensemble c’est apprendre à vivre ensemble indépendamment de la race ou religion.

Le Karaté-do est également un art de défense au sens noble du terme. Se défaire d’un ou plusieurs adversaires « en un tour de main(s) » peut être possible, avec les risques létaux à imaginer, mais savoir gérer les conflits sans échange de violence est la priorité, et ici, je ne fait aucune référence aux discours politiques. Depuis une trentaine d’années j’ai, de nombreuses fois, été confronté à des situations dégénérescentes qui se sont « bien terminées » et le nombre d’antagonistes n’y changeait rien. Est-ce de la chance ? Je n’y crois plus. L’Être, en tant qu’Aura, possède un pouvoir extraordinaire que la plupart des gens ressentent sans en comprendre le pourquoi. Le Karaté-do développe chez l’individu ce quelque chose d’indéfinissable qui rassure, trouble voire terrifie. Le renforcement du corps et de l’esprit qui résulte des entraînements réguliers nous présente de moins en moins comme proie potentielle et tend à dissuader les prédateurs.

Apprendre un art de défense (et non un sport de combat comme le signale trop souvent médias et pratiquants) sans aborder sa philosophie est comme lire une phrase mot à mot sans en comprendre le sens général. Sans elle, comment comprendre que l’on apprend des techniques dangereuses, même mortelles, dans le seul but de ne jamais les utiliser !!!
Étrange tout de même car si j’apprends à lire c’est pour lire, si j’apprends à conduire c’est pour posséder et utiliser un véhicule... Je n’éclaircirais pas cette affirmation.

Le Karaté-do est très riche. Il ne se cantonne pas à une simple série de « Tsuki, Gyaku-zuki, balayage, Mawashi-geri ». Les cinquante quatre techniques référencées dans le programme technique officiel de la CSDGE (Commission Spécialisée des Dans et Grades Equivalents) pour le passage des ceintures noires ne représentent qu’une goutte d’eau dans le vaste océan de la pratique... mais il faut bien commencer par quelque chose. Les enseignants et nos recherches personnelles nous guideront sur la voie du pacifisme : pas de haine, pas d’agressivité.

Cette richesse du Karaté-do doit perdurer à travers les générations et c’est à nous, anciens pratiquants, d’insuffler cette lueur de vérité aux plus jeunes. Nous ne devons pas être les acteurs de son appauvrissement par un enseignement restrictif volontaire.

Haut de page

Petit rappel

« Le véritable art du Karaté-do consiste essentiellement à ne pas frapper, à ne pas être frappé et à ne pas provoquer d'accident. »


(Konishi Yasuhiro, 1893-1983)


Cette sentence nous rappelle que si le Karaté nous enseigne l'utilisation de nos armes naturelles,
nous nous devons de les utiliser à bon escient.


Quelques conventions pour vous aider à naviguer

Voyage à Okinawa

Les termes soulignés font référence à des définitions ou pages accessibles par un simple clic sur le mot ou sur le groupe de mots.

Acces

En haut et à droite, des menus d’accès rapide vous permet d’accéder à des pages complémentaires traitants du même sujet.

Suivi

En Haut et à gauche, un ruban vous indique le sujet concerné et la page actuelle. Un clic sur les termes soulignés vous renvoi sur la page considérée.

Chateau de Shuri - le Seiden

La plupart des images de ce site sont affichés en taille réduite. Un simple clic sur elles vous les affiche en haute définition.

Cadre de ce type

Cadre animé

Sur certaines pages vous trouverez des images fixes et des images animées. Ces dernières possèdent un cadre différent comme ici dans la partie gauche.

Animation de l'image par un simple Survol avec la souris

 
 

Ce site est complété un peu chaque jour, de nombreuses pages sont encore à venir et des nouvelles apparaissent de temps à autre. Le menu en haut de page à droite - Accès rapide « Pages Modifiées » donne un suivi de ces nouveautés. N'hésitez pas à me faire part de vos remarques, obligeantes ou non (« Contact »). Ce sont ces dernières qui vont me permettre d'améliorer ce site.
Les pages nouvelles ou nouvellement modifiées sont contrôlées avant leur mises en ligne, mais nul n'est infaillible... Merci de votre participation.

Haut de page
Plan du Site   /   Contact



Nombre de visites : 301 410Réalisation (Décembre 2012) et Mises à jour effectuées par Claude Vuichoud(Date de Modification : 08/12/2016)